Cloud Computing : “Saas” discute à l’Assemblèe Nationale !

cloud an

Le jeudi 24 juin (oui, le jour de la grève), se tenait, à l’Assemblée Nationale, un colloque parlementaire sur le thème suivant :  ”Peut-on faire confiance au Cloud Computing ?”, sujet ô combien d’actualité…

Quelques éléments de réflexion :

Grâce au progrès technique et aux innovations, l’informatique a connu au cours de ces cinquante dernières années une véritable révolution. Selon Louis Naugès,co-fondateur de Revevol, tous les dix ans, des innovations de rupture ont déclenché une vague de profonds changements dans les usages de l’informatique, que ce soit en 1990 avec la démocratisation des ordinateurs ou en 2000 avec le boom d’Internet. Les années 2010 voient quant à elle l’avènement du Cloud Computing, « l’informatique dans les nuages », une avancée technologique fondée sur la virtualisation et qui permet à des utilisateurs d’accéder à distance à des applications ou à des capacités de stockage mutualisées.

Pour Pierre Lasbordes, député de l’Essonne et vice-président de l’Office Parlementaire d’Évaluation des Choix Scientifiques et Technologiques, le Cloud Computing est une innovation de rupturedans le paysage informatique actuel. Concept lancé en 2002 et repris progressivement par les principaux acteurs du monde IT, de plus en plus d’intérêt est porté au Cloud Computing. Il s’opère progressivement une véritable prise de conscience de la part des différents acteurs, même si en France peu de développements lui sont encore consacrés. Bien que le Cloud Computing marque l’avènement d’une ère nouvelle où l’utilisation des outils numériques sera optimisée et significative d’efficience et de progrès, les différents intervenants présents à ce colloque s’accordent à penser que le Cloud représente une évolution d’usage. Seul Louis Naugès voit dans le Cloud Computing une révolution, une revanche de l’infrastructure informatique.

Le 18 janvier dernier, lors de son discours sur le très haut débit et l’économie numérique, le Premier ministre, M. François Fillon, a insisté sur l’enjeu absolument majeur que représentait le Cloud Computing pour la compétitivité de nos économies, le développement durable et même pour la souveraineté de nos pays. Selon Bruno Ménard, président du CIGREF, le marché mondial du Cloud Computing avoisine les 60 milliards de dollars et il connaît une progression annuelle à deux chiffres. Néanmoins, l’Europe et la France sont largement derrière puisque le marché est estimé pour 2010 à 4,5 milliards d’euros. Loïc Rivière, délégué général de l’AFDEL, rappelle que le Cloud Computing est un des chapitres les plus importants du Grand Emprunt National et que celui-ci, en tant que « vecteur d’économie », devrait bénéficier d’un peu plus de 500 millions d’euros d’investissement. Alors, entre fascination et craintes, peut-on faire confiance au Cloud Computing ?