Conseils avant d’acheter des biens immobiliers d’occasion

Un achat immobilier représente toujours un gros investissement. Pour beaucoup, l’achat d’une maison représente un rêve. Il est donc important de bien étudier son projet avant d’acheter. L’achat de biens d’occasion en fait partie. Découvrez quelques conseils dans votre achat de biens immobiliers d’occasion.

Rechercher le droit de propriété existant

Si vous souhaitez acheter une propriété d’occasion, vous trouverez souvent des offres d’agents immobiliers et de vendeurs privés. Afin de gagner du temps, les demandeurs immobiliers peuvent également confier directement la recherche à un agent immobilier. Un professionnel de l’immobilier a l’avantage de bien connaître le marché et de pouvoir déceler des défauts que le profane ne peut pas facilement détecter. En outre, il est en mesure d’évaluer si le prix demandé est raisonnable.

En ce qui concerne la tarification, soit le bien est proposé à un prix fixe, soit il est négociable. Outre l’achat classique, il existe également la procédure d’appel d’offres où toutes les parties intéressées potentielles soumettent ici leurs offres. En règle générale, le contrat est attribué à la partie qui offre le prix le plus élevé. Toutefois, contrairement à ce qui se passe dans une vente aux enchères, les offres ne lient pas le vendeur et il est libre de rejeter même l’offre la plus élevée s’il pense pouvoir obtenir un prix plus élevé ailleurs.

Une autre possibilité d’acheter un bien immobilier est la vente aux enchères obligatoire. Parfois, de véritables aubaines peuvent être conclues de cette manière. Mais il y a aussi des risques car souvent, il n’est pas possible de voir le bien à l’avance et il n’y a pas de garantie en raison des défauts.

Conseils pour la sélection des biens immobiliers d’occasion

De nombreuses affaires immobilières se révèlent plus tard être un mauvais investissement à cause des mauvaises surprises. Il est donc important de préciser à l’avance si des travaux de rénovation sont nécessaires et combien ils coûteront approximativement. Les acheteurs doivent notamment vérifier lors de l’inspection.

Ce n’est qu’après un inventaire minutieux que les acheteurs de biens immobiliers peuvent se faire une idée de la valeur réelle d’un bien d’occasion. Elle peut également être un piège si la propriété du bien immobilier utilisé est plein d’ancienne éléments toxiques. Il peut s’agir de produits chimiques, de poisons ou de bombes datant de la Seconde Guerre mondiale, par exemple. Si vous soupçonnez la présence d’un site contaminé, vous pouvez consulter le registre des sites contaminés.

Si la propriété elle-même est en ordre, les acheteurs potentiels doivent également, dans tout les cas, consulter le registre foncier. Vous pouvez y découvrir si des tiers ont des droits sur les biens, comme des droits de passage.

Si vous voulez être sûr et vous assurer que vous ne payez pas trop cher, vous devriez également envisager d’engager un évaluateur pour déterminer la valeur. Comme de nombreux dommages ne sont pas facilement visibles à l’œil nu, cela peut en valoir la peine. Parfois, il suffit cependant que l’évaluateur évalue verbalement la valeur du bien après une inspection.

Que signifie “acheté tel quel” ?

Des phrases telles que “Acheté tel quel” se retrouvent souvent dans le contrat de vente. Elles stipulent que l’acheteur d’un bien immobilier ne peut faire valoir aucun droit à la garantie si des défauts apparaissent après l’achat. Toutefois, il s’agit exclusivement de défauts évidents tels qu’un toit qui fuit, des fissures visibles dans la façade ou des fenêtres à économie d’énergie manquantes. En bref, ce sont les défauts que l’acheteur aurait pu facilement détecter lui-même lors de l’inspection. Si l’acheteur acquiert le bien avec l’ajout “acheté tel quel”, il importe peu qu’il ait effectivement examiné le bien ou qu’un expert l’ait examiné de près. Cependant, c’est une autre question pour les défauts cachés tels que les taches de moisissure sous le papier peint, les fuites de gaz, l’amiante dans le bâtiment ou les poutres en acier rouillées et invisibles. Contrairement aux défauts ouverts, l’exclusion de garantie ne s’applique pas dans ces cas.

Exclusion de la garantie

S’il s’agit d’un bâtiment existant, presque tous les contrats de vente contiennent une exclusion de garantie ou de défauts matériels. Comme le vendeur a des obligations de divulgation, il doit informer l’acheteur des défauts tels que les matériaux d’amiante installés, mais aussi du danger d’inondation ou d’infestation de pourriture sèche. Si le vendeur a donné une garantie de qualité ou a frauduleusement dissimulé un défaut, il ne peut invoquer une exclusion de garantie. Même les défauts qui ont été réparés avec succès doivent être signalés à l’acheteur.

Le vendeur a une intention frauduleuse s’il dissimule un défaut à l’acheteur et est conscient que le contrat pourrait échouer si l’acheteur divulgue le défaut. Si un défaut frauduleusement dissimulé apparaît à une date ultérieure, le vendeur doit payer les frais de réparation du défaut. S’il refuse, l’acheteur a le droit de se retirer du contrat d’achat ou de réduire le prix d’achat.

Les exceptions

En général, le vendeur est tenu de remettre le bien sans vices cachés. Par défaut, on entend l’écart entre la condition réelle et la condition cible stipulée dans le contrat. Toutefois, la mesure dans laquelle l’acheteur potentiel doit accepter certains défauts dépend également de l’âge du bien. Par exemple, si le sous-sol d’un bâtiment construit en 1920 est humide, l’acheteur ne peut pas exiger du vendeur la preuve de l’étanchéité du sous-sol. Cela ne s’applique pas, cependant, si le vendeur a promis du matériel approprié, mais que celui-ci fait défaut. Le devoir d’information a donc ses limites là, s’il s’agit d’une méthode de construction habituelle au moment de la construction.

Achat d’une maison et la faire louer : calculer le rendement avant

Si vous ne souhaitez pas utiliser vous-même un bien immobilier d’occasion, mais plutôt le louer, vous devez non seulement vérifier les qualités structurelles lors de votre sélection, mais aussi effectuer un calcul de rendement. L’emplacement est l’un des critères importants pour la durabilité de l’investissement.

Acheter des biens immobiliers d’occasion : Coûts et financement

Quiconque acquiert un bien d’occasion ne paie pas seulement le prix d’achat, mais doit également tenir compte des frais accessoires d’achat. Ces derniers peuvent être de montants variables. La plupart des constructeurs n’ont pas assez de capital pour payer leur propriété entièrement avec leurs propres fonds. Dans la plupart des cas, la majorité du prix d’achat doit être financée par un prêt hypothécaire. Les offres des différentes banques peuvent varier considérablement en termes de conditions, une comparaison est donc utile.

Les alternatives de financement pour l’achat de biens immobiliers

Un bien d’occasion ne doit pas nécessairement être financé par un prêt. Il existe des alternatives. Dans le cas de la location-vente, par exemple, le bien est initialement loué, mais un contrat notarié stipule la possibilité d’acheter le bien à une date ultérieure. Une partie convenue des paiements mensuels de loyer effectués jusqu’à présent est alors créditée sur le prix d’achat. Cette alternative semble attrayante pour les acheteurs potentiels qui ne peuvent pas obtenir de prêt immobilier auprès de la banque. Toutefois, les modèles de location-vente sont généralement plus chers à long terme que le financement classique d’un bien immobilier.

Une autre solution consiste à acheter une propriété d’occasion construite sur le terrain d’un tiers. La personne qui achète un tel bien ne devient pas propriétaire du terrain, mais seulement du bâtiment et paie au propriétaire du terrain un loyer foncier régulier à l’avenir. L’avantage c’est que, comme le terrain n’est pas vendu en même temps, les coûts d’acquisition sont moins élevés. Mais il y a aussi des inconvénients, à long terme, les loyers réguliers peuvent entraîner des coûts plus élevés que si la maison et le terrain étaient achetés dans leur intégralité.

Possibilités de financement pour les biens immobiliers d’occasion

L’achat d’un bien immobilier d’occasion n’est pas seulement lié à des coûts mais aussi à des avantages financiers. Par exemple, il existe des programmes de soutien sous forme de prêts à faible taux d’intérêt ou même de subventions. En outre, il existe des avantages fiscaux au moins pour les biens immobiliers classés et loués.

L’achat d’un bien immobilier existant vaut la peine

Quiconque achète une maison ou un appartement d’occasion paie généralement moins cher que pour un immeuble neuf de même taille. Et dans la plupart des cas, l’achat en vaut également la peine, car les intérêts du prêt sont généralement inférieurs au loyer d’un bien comparable. En outre, l’acheteur est propriétaire du bien après le remboursement du prêt et constitue donc une partie essentielle du plan de retraite.