Des nouveaux résultats s’annoncent sur les cellules réservoirs du VIH

Pendant des années, dans le corps humain, les virus HI SIDA peuvent survivre dans des cellules appelés réservoirs. De la sorte, elles constituent le plus grand obstacle à la guérison du VIH SIDA. Pourtant, elles sont encore insuffisamment étudiées. Dans le cadre de la plus grande étude d’observation longitudinale des réservoirs du VIH au monde, une équipe de recherche de l’hôpital universitaire de Zurich a acquis de nouvelles connaissances sur ces réservoirs.

L’étude la plus complète à ce jour évalue des échantillons de sang de 1 057 personnes

Les réservoirs se forment rapidement après l’infection par le VIH. Le pire, même à des décennies de traitement avec le TAR, ils survivent. Les experts s’accordent à dire que la guérison de l’infection par le VIH doit commencer par ces réservoirs viraux. L’objectif consiste soit pour éliminer les cellules latentes qui s’y trouvent, soit pour les réduire considérablement, dans le meilleur des cas possible. Cependant, les cellules des réservoirs n’ont pas encore fait l’objet de recherches approfondies. On sait que la taille des réservoirs diminue après l’apparition du TARV. Des études de moindre envergure ont montré aussi que la taille des réservoirs peut changer considérablement, à la fois individuellement et dans le temps, même sous un TARV en cours.

Toutefois, en raison du nombre relativement faible de participants et de la durée relativement courte de l’étude, ainsi que du nombre limité de cofacteurs étudiés, ces études n’ont pas encore fourni une image complète des facteurs. Dans le cadre des TAR, au fil du temps, ces éléments influencent la taille et les changements des réservoirs.

Une observation très différenciée et de longue durée des cellules réservoirs

Afin d’étudier comment la taille du réservoir change à long terme et quels facteurs influencent ces changements, à ce jour, Nadine Bachmann et ses collègues, équipe d’une recherche nationale multidisciplinaire, dirigée par les professeurs Huldrych Günthard, Roger Kouyos et Karin Metzner, spécialistes du VIH, du département des maladies infectieuses et de l’hygiène hospitalière de l’USZ, ont mené la plus grande étude d’observation longitudinale.

À cette fin, l’équipe de recherche a effectué une vaste série de tests pour évaluer les échantillons de sang et les données associées de 1 057 personnes. Ces patients qui avaient été traitées avec succès par un TAR, pendant de nombreuses années. Ils ont pu s’appuyer sur l’étude suisse de cohorte du VIH (SHCS) et sa bio banque complète. Cette étude de cohorte prospective, en cours depuis 1988, porte sur environ 75 % de toutes les personnes infectées par le VIH SIDA. En Suisse, ces personnes touchées reçoivent une thérapie antirétrovirale et mettent leurs données et échantillons sanguins à la disposition de la recherche. Grâce à cette collecte, au moins trois échantillons de chacune des 1 057 personnes étaient disponibles pour mesurer les cellules des réservoirs du VIH SIDA. Ces cellules qui ont été prélevés en moyenne 1,5, 3,5 et 5,4 ans après le début du TAR. Des données étaient disponibles pour 412 personnes, ce qui a permis de remonter le parcours des réservoirs de VIH SIDA jusqu’à dix ans.

Grâce à ces données : cliniques, génétiques virales, démographiques, comportementales et thérapeutiques complètes, il a été possible, pour la première fois, d’étudier simultanément un grand nombre de facteurs susceptibles d’avoir une influence sur les réservoirs. L’étude est menée dans des modèles statistiques multivariables. Selon l’explication de Huldrych Günthard, leur étude porte sur dix fois plus de sujets qu’une plus grande étude comparable réalisée jusqu’à présent. C’est pourquoi, elle permet de faire des déclarations plus fiables. Ce qui explique le grand nombre de données évaluées.

Les blips, qui n’ont guère été remarqués jusqu’à présent, s’avèrent pertinents

En moyenne, après le début du traitement antirétroviral, sur une demi-vie estimée à 5,6 ans, la taille des cellules réservoirs a diminué au cours des 5,4 premières années. Au cours de la période d’observation, la diminution des cellules réservoirs s’est sensiblement aplatie et semblait se rapprocher d’un plateau. Cependant, contrairement aux attentes et malgré le succès de la thérapie antirétrovirale chez 281 personnes (26,6 %), il n’y a pas eu de diminution mais une augmentation de la taille des cellules réservoirs. M. Günthard a déclaré que c’est un résultat surprenant et important. Et ils ne savent pas encore ce qui conduit à cette augmentation. Il est possible que des cellules infectées de façon latente se divisent, ou que chez certains patients, les virus IH se multiplient encore à un faible niveau malgré les ART. Mais, à long terme, les deux pourraient conduire à une augmentation du nombre de réservoirs.

Des études ciblées sont prévues. La possibilité est que le manque d’observance du traitement des patients puisse entraîner cet effet, et qu’elle peut être largement exclue. Le SHCS dispose d’excellentes données validées qui documentent également l’observance et les interruptions du traitement.

Si la thérapie avait commencé dans la première année suivant l’infection par le VIH SIDA et que la charge virale était faible à ce moment-là, les cellules réservoirs étaient également faibles, soit 1,5 ans après le début de la thérapie. Cette observation confirme les résultats d’études antérieures portant sur d’autres groupes. Ce qui était nouveau, cependant, c’est que les blips viraux étaient associés à des cellules réservoirs plus grands et à une diminution plus faible de ces réservoirs au fil du temps. Jusqu’à présent, ces blips étaient considérés comme cliniquement non pertinents ou peu pertinents. Cependant, l’étude montre qu’ils ont une importance biologique. En outre, des réservoirs de VIH plus profonds ont également été découverts chez les personnes d’origine ethnique non blanche.

D’après l’explication de Huldrych Günthard, pour la recherche sur le VIH SIDA, les études qui permettent de mieux comprendre les cellules réservoirs et les études qui testent les stratégies d’élimination de tous les virus HI des patients infectés, ont la priorité absolue pour se rapprocher de leur objectif de guérir le VIH. Aussi, les résultats de leur étude montrent que le comportement des cellules réservoirs est encore insuffisamment compris. Et leurs conclusions sur le rôle des blips ont montré que, les études d’élimination de la preuve de concept doivent être menées avec des patients soigneusement sélectionnés. Sinon, ils risquent de passer à côté des effets importants pour la recherche.